Bullet journal numérique, c’est pas un peu antithétique?

Bonjour bonjour,

Je voulais commencer cette rubrique en commençant par vous présenter mon « bullet journal numérique », et surtout vous expliquer pourquoi un bullet journal numérique et pas manuscrit.

Un système d’organisation moderne, à l’ancienne

Si vous avez échappé à la «folie Bullet journal » sur internet, voici déjà un petit récapitulatif.

Un bullet journal, ou BJ ou « bujo », est un LE système d’organisation qui fait fureur depuis plusieurs années sur les réseaux sociaux, une sorte de mix entre un agenda, un journal intime, des listes multiples  (de choses à faire, de films à voir, de livres à lire…), des notes

Le but : être plus organisé, plus créatif, plus productif… enfin bref, la solution miracle à toutes nos difficultés au quotidien.

Comment? A l’ancienne, de façon manuscrite. Avec de jolies typographies et lettering, des illustrations.

Voila par exemple un très joli daily log de Zunzun. Je vous conseille son blog, une vraie mine d’or pour les bullet journal addict.

Mon expérience Bullet Journal manuscrit

Quand j’ai découvert ça il y a quelques années déjà, le coup de coeur. C’est joli, c’est personnalisé et personnalisable à l’infini, ça permet de s’organiser, de développer sa créativité… Enfin bref, pour moi qui menait une vie à 200 à l’heure, j’y voyais l’opportunité de tout avoir au même endroit, de prioriser la liste de tâches longues comme un bras que j’avais toujours à faire, et de m’organiser entre vie professionnelle très chronophage, et vie personnelle.

Ni une ni deux, je fonce m’acheter un joli carnet, des crayons de couleurs, des marqueurs, du papier calque, et encore une foule de matériel « indispensable »…

Et je commence par une page représentant le mois de juillet qui venait de débuter, avec un joli flamand rose, toute fière de moi.

L’engouement continue quelques semaines, mais je ne suis pas très douée, je décalque beaucoup de lettring, je passe un temps fou pour une page (mais je suis fière c’est sur !)

Et quand je rate quelque chose, panique à bord, puisque les pages du carnet de s’arrachent pas.

Et au bout de moins d’un mois, je range mon joli carnet dans un tiroir et n’y touche plus pendant plusieurs semaines voire mois.

Et puis je recommence : un nouveau carnet (bah oui, je ne vais quand même pas utiliser celui qui est déjà débuté et dans lequel il y a un trou de plusieurs mois…), on ressort le matériel, on achète une planche à décalquer auto-éclairée pour que ce soit plus facile, on recommence, et on arrête de nouveau.

Sur instagram ou pinterest, on rêve tous de ces magnifiques « bujo ». Mais on n’a pas toujours le temps de faire aussi bien, et finalement je me suis rendue compte que j’étais frustrée.

Frustrée de ne pas arriver à trouver 2h devant moi à la maison, à un bureau, avec tout mon matériel, de façon assez régulière.

Frustrée de ne pas toujours réussir à faire ce que je voulais faire, frustrée de devoir découper, cacher, corriger ce qui ne me plaisait pas dans ce que j’avais fait.

Le bullet journal manuscrit par excellence, celui de Leuchtturm. Que j’ai évidemment acheté, dans cette couleur. Qui est super joli, le papier est épais, je l’ai même fait personnaliser avec une gravure. Que j’utilise maintenant pour prendre des notes à l’hôpital, c’est hyper pratique dans ma poche de blouse.

Bullet journal numérique, c’est pas un peu antithétique?

J’ai toujours aimé la bidouille, toujours aimé l’informatique, toujours aimé (depuis mes 13 ans) trainer sur photoshop, à essayer de faire des petits montages.

Puis, avec youtube et la foule de tuto en ligne que l’on peut trouver, j’ai adoré découvrir des logiciels de graphisme comme adobe illustrator et indesign.

Et vraiment, le bullet journal, c’est quelque chose qui me plait, quelque chose de concret, je trouve que mes journées sont plus claires, et que cela me permet de faire régulièrement des bilans sur les jours, semaines, ou mois passés.

Ce que j’ai fait et aimé, ce que j’aimerai faire, ce que je dois faire…

De ces deux constats est né mon « bujo numérique »

En pratique, je fais exactement comme je le faisais en papier, mais depuis mon ordinateur.

Je cherche des polices qui me plaisent, des illustrations qui me plaisent, je pars de pages complètement blanches et je crée mes pages de bullet journal.

Et si ce que j’ai fait ne me convient pas, qu’à cela ne tienne, je modifie, déplace, corrige, bidouille les couleurs et leur opacité, jusqu’à arriver à ce qui me plait (attention, je parle bien de ce qui ME plait, je ne cherche pas la perfection).

Alors oui, ce n’est pas du temps d’activité créative au sens propre, je n’utilise pas de papier & crayons.

Mais je m’y tiens depuis plusieurs mois, pas de frustration, une organisation qui s’est clairement améliorée, et surtout du temps passé que j’adore à découvrir de nouvelles fonctionnalités sur mon logiciel, et l’impression de créer quand même, quelque chose à mon image.

C’est pour moi beaucoup plus de flexibilité; pouvoir sortir mon ordinateur dans le train, ou sur mon temps de pause le midi au boulot, même pour quelques minutes. Enregistrer, et reprendre où j’en étais.

On passe tous beaucoup de temps sur notre ordinateur, et je remarque que j’ai depuis tendance à passer beaucoup plus de temps à m’occuper de mon « bujo », et beaucoup moins à trainailler sur internet à ne rien faire.

Donc le bilan est clairement positif. Et tant pis pour les puristes, le but du bullet journal est d’avoir quelque chose à son image, et voici la mienne 🙂

Après, bien sur, j’imprime tout, et je conserve dans un petit cahier, j’imprimerai et relirai tout après une année civile pour m’en faire mon petit livre rien qu’à moi !

J’ai donc eu envie de vous montrer ici ce que je faisais. N’hésitez pas si vous avez des questions, où des commentaires !

 

 

Laisser un commentaire